25 mars 2015

Désencombrer l'encombré

Suite à ma lecture du livre Zéro déchets de Béa Johnson (et après m’être pratiquée avec les jouets des enfants et les produits de beauté), je me suis lancée dans le désencombrement de la maison. Quelques temps avant Noël, je me suis défoulée à vider tiroirs, armoires et placards. J’ai créé une véritable montagne de choses dans la salle à manger. Tout pour être donné. Parce que je n’ai pas la patience de vendre des choses. Il faut dire que je n’ai pas d’attachement monétaire aux objets. Une fois que je l’ai payé, sa valeur n’existe plus. Que l’objet en question me serve ou non, que je le garde ou non. Et puis quand il faut que ça parte, faut que ça parte! J’ai déjà donné une voiture tant elle me causait de soucis. Je voulais simplement qu’elle disparaisse. Un jeune étudiant en mécanique a été très heureux ce jour-là!


Mon amie V. m’a fait découvrir le blogue Becoming minimalist, via cet article qui recense les 10 principaux prétextes des gens pour éviter de se départir de certains de ses biens, voire d’en acquérir. Je me reconnais totalement dans le numéro 4 de sa liste : garder au cas où!

Je parle de zéro déchet et de minimalisme, mais je tiens à préciser que ce ne sont pas, pour moi, des buts ultimes à atteindre. Mais j'aime et approuve l'approche et les résultats que ces démarches proposent. J'applique certains concepts et garde en tête qu'il est toujours possible de faire mieux. J’use donc des recherches et expérimentations d’experts en la matière pour disons 1. simplifier ma vie 2. éliminer autant que possible les produits toxiques 3. donner un petit coup de pouce supplémentaire à l'environnement. 

Toujours est-il que les choses s’accumulent à la vitesse de la lumière. Mais je crois que c’est parce que les objets que l’on place tout en haut de l’armoire ou au fin fond du garde-robe en profitent pour se reproduire, lorsqu’à l’abri des regards indiscrets…

Sérieux!

Par exemple, j’avoue (légèrement honteuse) que:

·  En fouillant dans mes armoires j’ai trouvé pas moins de 5 crémiers. J’utilise ça quand, moi, un crémier? Pas souvent…   
  9   j’en ai quand même gardé 2. Puis finalement 1 autre aussi.
·  J’avais une dizaine de vases à fleurs. Le plus souvent je mets mes fleurs dans un pot Mason  
  9   j’ai gardé la moitié. Ouais, faudrait bien que je coupe encore de moitié.
·  Dans mon armoire de casseroles, vous savez celle qui fait le coin, ce qui fait que tu y mets pleins de trucs qui se retrouvent inévitablement tout empilés dans le fin fond du foutu coin, ben j’avais 7 passoires. Aucune idée comment elles sont toutes atterries là!  
  9  il m’en reste 3.
·  J’ai 8 cuillères de bois  
  9  je les ai toutes gardées. Tsé, ça ne se donne pas vraiment une veille cuillère de bois.
·  J’avais une belle soupière ancienne. Mais je n’utilise JAMAIS de soupière. Même pas pour la visite. Sa seule utilité? Prendre la poussière. Et elle le faisait si bien…  
  9  je l’ai donné.


Non mais vraiment, quelle personne sensée a 7 passoires? Je vous jure que les objets batifolent dès qu’on a le dos tourné (et que je suis parfaitement saine d’esprit)…

J’ai donc éliminé plusieurs objets de ma vie et je sais que rien ne va nous manquer. Les sacs n’étaient pas encore partis que déjà, je n’aurais su dire à 95,3 % leur contenu… Mais, je trouve qu’on a encore trop de trucs. Une autre razzia d’élagage est à prévoir à l'occasion du grand ménage du printemps... s'il peut réellement arriver!


Et vous? Vous accumulez férocement ou vous délestez aisément?

En passant, c'est juste moi, ou il me semble que ma vie serait plus belle avec cette passoire? 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire