26 septembre 2013

LA PORTE ROUGE - La restauration

Parce qu'une porte rouge ça n'arrive pas du jour au lendemain, voici les différentes étapes de notre restauration.


1- LE DÉCAPAGE
Parce qu’on y échappe pas!

Comme je l’ai mentionné précédemment (voir ici), j’ai d’abord décapé entièrement la porte ainsi que tout le cadrage. Tout, tout, tout! J'ai enlevé les cinq couches de peintures qui s'y trouvaient, les unes après les autres. C’est long, c’est plate, ça brûle, je reste zen, c’est long, c’est plate… Des heures de plaisir, j’vous dis!


Vêtue de mes plus beaux habits, de jour comme de nuit, j’ai décapé douze heures durant!

Le décapage : lentement mais sûrement!

Dans l’optique de se sauver du boulot moderniser la porte, Pat a enlevé :
toutes les moulures: sur les huit panneaux de la porte, les six carreaux et tout le cadrage;
les sept –pas vraiment beaux- carreaux de bois décoratifs qui ornaient l’imposte (la partie au-dessus de la porte), ainsi que les deux autres au bas des latéraux (les parties de chaque côté de la porte);
les carreaux de verre;
le quart-de-rond au pied du seuil;
tout le vieux mastic...







2- LES RÉPARATIONS ET LE SABLAGE

Et c'est pas fini, c'est rien qu'un début...

Après le décapage, comme il reste toujours quelques petites traces de peinture récalcitrante, il faut sabler. Afin d’obtenir une belle finition, il faut choisir un papier sablé assez fin (d’un grain* minimal de 100). Et dans le cas d'une porte à panneaux comme la nôtre, comme la sableuse ne permet pas d'aller dans tous les racoins, il faut alors y allez à la main. Encore des heures de bonheur en perspective!

Pour sabler, choisir un vernis à ongle de couleur claire

Mais pour boucher les trous, le vernis rouge est de mise

Une fois notre porte mise à nue, on a solidifié l’assemblage du cadre à quelques endroits avec des vis. À l’aide d’un gun à clou (yeah baby!), on a ensuite installé les nouvelles moulures. Bien qu’on apprécie et préservons le cachet ancestral de notre maison, nous aimons y marier des éléments plus contemporains. Nous avons donc opté pour des moulures droites, qui viennent élégamment simplifier les lignes de la porte.

Les nouvelles moulures ou quand la modernité frappe à votre porte…

Ensuite on a bouché tous les trous et les petites imperfections à l’aide d’un bouche-pores, et une fois le tout bien sec, on a re-sablé (Les filles: l'étape du vernis clair...). On termine avec un joint de latex clair autour de chacune des moulures pour bien étanchéifier les joints et s'assurer ainsi d'une belle finition.



Au cours des années, la maison a travaillée et par conséquent le cadre de la porte. Alors depuis neuf ans, on donnait un bon coup de pied dans le bas de la porte pour réussir à l’ouvrir. Parce qu’on favorise leur autonomie, on avait même enseigné la technique aux enfants! On a donc pensé que ce serai un bon moment pour lui faire un petit trait de scie dans le bas… Elle s’ouvre désormais comme un charme!

*Le grain est la rugosité du papier. Plus le grain est gros, plus le chiffre qui le classifie sera bas (ex. très gros: 24, très fin: 240)



3- LA PEINTURE

La couleur au bout du tunnel

Un fois les réparations et le sablage terminés on peut enfin passer à la peinture! 
Pour la porte, j’ai choisi la couleur rouge bijou de BERH, dans la nouvelle collection Marquee. J’ai pris un fini satiné afin de cacher quelques défauts dans la porte. Quatre couches ont été nécessaires pour obtenir un beau rouge vibrant et qui recouvre uniformément les différentes essences de boisPour un beau résultat, il est important de s'assurer que la couche de peinture précédente soit bien sèche au toucher avant d'en appliquer une nouvelle. Comme j'étais dehors et qu'il y avait un petit vent, mon temps de séchage a été d'environ trente minutes entre les couches. Pour le cadrage, j’ai utilisé le blanc pur de la même marque/collection/fini. 




Couche de peinture #1 = toujours un moment de panique. Est-ce que ce sera beau?


Et comme si ce n'était pas assez, nous avons également changé les carreaux, ainsi que peint notre quincaillerie. Je vous expliquerai bientôt comment nous avons procédé.


Ça s'en vient!

On a réalisé ces travaux sur l'équivalent de quatre fins de semaines complètes. Et nous n’avons pas encore tout à fait terminé. Probablement une journée de travail à faire encore.
Oui, c’est long!
Oui, il vous faudra encore patienter avant le grand dévoilement!

_______________________________________________________________

Pour les intéressés, voici la ventilation des coûts :

Décapant, peinture et accessoires (rouleaux, pinceaux, grattoir, gants de latex, etc.) : 200 $
Bois (peuplier) pour les moulures : 200 $
Quincaillerie (heurtoir, judas, peinture): 135$ 30 $
Plexiglass :150 $

Pour un grand total de 580 $









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire