22 janvier 2013

À deux doigts du bonheur


L’autre jour, j’ai eu envie de manger avec les doigts. 

En fait j’ai souvent le goût de manger avec les mains. Je ne sais pas pourquoi, on dirait que la fourchette transforme le goût des aliments. Vous ne trouvez pas? Mais dans une perspective de transmettre (un minimum) de bonnes manières aux fistons, l’option de manger mon assiette de pâtes à mains nues n’est souvent pas la bonne. Et comme je suis (plutôt) civilisée, je me suis résignée à manipuler la fourchette à l’heure des repas.

Donc, pour en revenir à mon envie, j’ai décidé que les enfants voulaient manger des croquettes de poulet! Mais pas un truc pané ou frit, non, quelque chose de bon.

Le test: Doigts de poulet au parmesan

Donne 4 portions
- 2 grosses poitrines de poulet
- 1/4 tasse de fromage parmesan en poudre
- 2 cuillères à soupe de chapelure
- 1 cuillère à thé de farine
- 1/2 cuillère à thé d’origan séché
- 1/2 cuillère à thé de basilic séché
- 1/2 cuillère à thé de persil séché
- 1/8 de cuillère à thé de paprika
- 1/2 cuillère à thé de poudre d’ail
- 1/8 cuillère à thé de cayenne
- 1/4 cuillère à thé de poivre moulu

Préchauffer le four à 400 degrés. Couper en lanières les poitrines de poulet. Mélanger dans une assiette creuse le fromage parmesan, la chapelure, les herbes et les épices. Enrober complètement les lanières du mélange. Déposer sur une plaque préalablement huilée. Enfourner 20 minutes, en retournant les morceaux après 10 minutes.

Axel à l'oeuvre

Le rendu:
Pour accompagner nos savoureux doigts de poulet, nous avons fait des frites maison au four ainsi qu'une délicieuse salade de chou de... Ricardo!


Le verdict:
Test réussi! Axel en a même pris 2 fois. Et c'est encore meilleur que bon quand on les trempent dans du miel. Ça coule, ça colle mais ça se laisse manger en un tournemain... Seule ombre au tableau, cette réaction spontanée de mon chum: "Ah, j'aime pas ça manger avec les mains!". On dit que les contraires s'attirent...

Les preuves:
Là j'ai échoué. Je voulais photographier les enfants dégustant avec bonheur leur assiettée, mais ayant moi-même les mains découlantes de bonheur, l'opération a été jugée trop difficile. 

La prochaine fois que vous aussi aurez envie de manger avec les mains, pensez à mes doigts!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire